En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies à des fins statistiques anonymes.
En savoir plus sur la gestion des cookies

Les ekos d'Anne de Bretagne

Un Accord tant attendu.

Par THEODORA CHAUVET, publié le samedi 23 avril 2016 23:07 - Mis à jour le lundi 25 avril 2016 17:53

«Un moment d'histoire»: espérons que ce n'est pas trop tard

175 pays ont signé le vendredi 22 avril à New York, l'accord, négocié en décembre 2015, lors de la COP 21. Cet accord est destiné à ralentir le réchauffement climatique.

Cet accord tant attendu a réuni pour la première fois les signatures des États-Unis et de la Chine, plus grand pollueurs du monde.

La signature de l'accord est une première étape, mais pour que l'accord soit effectif, il faut qu'il soit ratifié par au moins 55 pays.

Un accord tant attendu et très médiatisé.

Le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, pour lequel la signature de cette convention est « un moment d'histoire », a demandé aux pays de ratifier cet accord dans leurs pays jusqu'à la fin de l'année.

Symboliquement, le président français François Hollande a été le premier à signer l'accord. Il a appelé l'Union européenne à ratifier l'Accord de Paris avant la fin de l'année et insisté sur la nécessité de fixer «le plus vite possible» un prix pour le carbone afin d'accélérer la réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Des chiffres inquiétants.

Espérons que cette initiative n'arrive pas trop tard pour notre planète. En effet, des météorologues américains ont constaté que le mois dernier a été le mois de mars le plus chaud.

D’après un article de la revue « Ça m’intéresse », nous apprenons que :

- Sur les 14 années les plus chaudes depuis la Révolution industrielle, 13 se situent au XXIe siècle, et aujourd'hui l'air est plus chaud de 0,85 degré. En cause: les émissions de gaz à effet de serre qui ont augmenté de 70 % entre 1970 et 2012. Le réchauffement climatique pourrait entraîner l'extinction de 20 à 30 % d'espèces animales et végétales et l'intensification des catastrophes naturelles.

  • Il est dit aussi que le Groenland perd 215 milliards de tonnes de glace par an, 7 fois plus que dans les années 1990.

  • Si on commence a partir de maintenant à protéger la planète, il faut s'attendre que, quoi que l'on fasse, l'effet de serre est tellement chargé que il ne se stabilisera pas avant 50 ans.

 

Encore une fois, la planète retient son souffle et après un hiver particulièrement doux, au moins pour la France, nous sommes tous en attente d'un été que nous souhaitons pas trop pluvieux.

                                                                                  Maëlys Brocard   Théodora Chauvet

 


 

 

Pièces jointes
Aucune pièce jointe